Un acide à la rescousse des bouvillons

Un stress thermique survient lorsqu’un bovin exposé à la chaleur ne parvient plus à contrôler sa température. Les signes cliniques sont : respiration rapide, respiration par la gueule et salivation excessive. Les conséquences peuvent aller jusqu’au décès.

Les bovins y sont particulièrement sensibles. Leur volume important par rapport à leur surface n’aide pas à dissiper la chaleur. Ensuite, la chaleur produite dans le rumen s’accumule au centre de l’animal. C’est le sang qui doit transporter cette chaleur vers trois échangeurs thermiques : les poumons et… les oreilles !

Ça commence quand, le stress thermique ?

Dans la nature, les grands ruminants utilisent un stratagème efficace pour lutter contre les températures élevées. Tôt le matin, ils consomment leur plus important repas, au moment où la température de leurs aliments est relativement basse. En fermentant dans le rumen, ceux-ci produisent une importante « charge » de chaleur qui atteint son maximum en début de soirée. En se couchant dans un endroit frais, les animaux la transfèrent au sol. C’est ce comportement qui explique pourquoi les bouvillons se couchent directement sur le béton, idéalement mouillé, pendant les périodes de canicules.

Il est assez bien démontré que les bovins subissent un stress thermique léger à une température ressentie (température x humidité relative) de seulement 24 °C et un stress thermique sévère à 33 °C. Même en stress thermique léger, il faut beaucoup d’énergie pour dissiper la chaleur, énergie qui n’est plus disponible pour faire du gain (impact négatif de l’ordre de 0,5 kg par jour).

La situation se complique puisque beaucoup de bâtiments ne se refroidissent pas tellement bien quand le vent tombe. De plus, comme l’air est un fluide, il se crée des contre-courants dans le bâtiment; certains endroits accumulent ainsi la chaleur de jour en jour. Les bouvillons qui doivent s’y tenir, faute de place ailleurs, sont exposés très rapidement à un stress thermique. Finalement, la durée d’exposition est aussi importante que le pic de température : trois journées à 27-27-27 °C et à une humidité de 55 % sont souvent pire qu’une séquence 32-23-32 °C à 60 % d’humidité relative (HR).

En pratique

Une recherche effectuée au Kansas a montré que la température interne d’animaux atteignait 40 °C en stress thermique (31 °C et 57 % HR). Et qu’un cycle de ventilation mécanique de plus de 90 minutes ne parvient pas à les refroidir si on ne les arrose pas préalablement (graphique 1). Pas très pratique en parc d’engraissement et très prédisposant au piétin d’Italie.

Il ne reste donc que trois avenues potentielles : augmenter la surface disponible par animal à plus de 40 pieds carrés, augmenter l’espace-abreuvoir et s’assurer d’alimenter une ration « froide » qui ne « chauffe » pas pendant la journée. En effet, comme le rumen génère de la chaleur, le simple fait de leur servir une ration à 20-22 °C par rapport à 28-30 °Cdiminue beaucoup la « charge » calorifique totale.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

                                                                                                                                                                                                                                                                      Or, lors du mélange, beaucoup d’air est ajouté aux aliments. Les levures, moisissures et bactéries entrant en activité, la ration se met à « chauffer ». L’ajout au mélangeur d’acide propionique (Solution FoinTM en liquide ou Microprop NC 42 en poudre), un puissant inhibiteur de moisissures, peut calmer le tout. Le taux d’utilisation est de 1 à 2 kg/tonne selon les conditions.

La prévention du stress thermique est un élément de régie « contrôlable ». Avec les prix actuels, qui peut vraiment se payer le luxe d’une diminution du gain journalier? L’utilisation du Solution Foin TM ou du Microprop NC 42 est facile et ne nécessite aucun autre investissement. Parlez-en àvotre expert-conseil La Coop.