Profiter au maximum des marchés

Après avoir connu un départ canon lors de l’encan du 17 août dernier, le marché des veaux d’embouche a perdu de la vigueur cet automne. Que s’est-il passé? Des surprises ? Pas vraiment.

Malgré l’euphorie de la fin de l’été, et même si la mémoire est une faculté qui oublie,  la plupart des analystes prévoyaient en janvier dernier  des prix fermes pour le premier semestre, suivi par une baisse sensible, sans être catastrophique. Pour une fois, ils n’ont pas eu tort, même si les prix ont augmenté tout au long du printemps. Cette augmentation provenait davantage de la chute du huard par rapport au dollar américain que du marché des bovins lui-même. Mais depuis que le dollar est stable (mi-juillet), les prix reçus lors des encans calquent à peu de chose près les marchés boursiers (graphique 1).

Graphique 1. Contrat de veaux d’embouche Globex, novembre 2015

                                                                        

Que se passera-t-il au cours des prochains mois? Difficile à prévoir puisque le marché donne des signes d’essoufflement : les prix élevés de la viande bovine commencent à influencer les habitudes de consommation et les éleveurs américains ont retenu 6% plus de femelles de remplacement qu’en 2014. Où iront leurs veaux  l’an prochain? Dans les parcs d’engraissement occasionnant ainsi une hausse de l’offre et par conséquent une pression à la baisse sur le prix ? Ou encore plus de femelles seront encore retenue pour l’élevage? Votre prévision vaut la mienne.

Une chose est certaine. L’une des meilleures façons de profiter au maximum des marchés, année après année, est de répartir la vente des veaux pendant la saison. De cette façon, les chances sont meilleures d’obtenir le prix moyen. L’autre méthode, qui peut très bien compléter la première, est de livrer de bons veaux, possédant le degré de musculature recherché et dont le système immunitaire est prêt à affronter le défi du premier mois en parcs d’engraissement. L’équipe OptiBoeuf peut vous conseiller à ce sujet.