Pâturages : 4 ou 6 Tonnes à l'hectare ?

Il existe différentes options pour exploiter nos pâturages : paissance continue, en rotation ou en bandes.

Un pâturage en continu signifie que les animaux sont dans la même parcelle sans qu’il y ait déplacement du bétail. Comme illustré au tableau 1, mieux vaut avoir de grandes superficies, car l’herbe n’est consommée qu’à 60 %.                                                                                                                                                          

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          Un système en rotation amène les animaux à se déplacer d’un pacage à l’autre au cours de la saison. Idéalement, la durée maximale d’un séjour dans une parcelle devrait être de cinq jours. Si on considère une période de repos de 40 jours en fin de saison, il faut un minimum de 8 parcelles par groupe d’animaux. Finalement, le pâturage en bandes repose sur le principe d’offrir aux animaux une nouvelle bande d’herbe tous les jours. Avec seulement 15 % de pertes, cette façon de faire est de loin la plus efficace.

Ainsi, en Ontario, dans les années 1990, des chercheurs ont comparé pendant trois ans les performances de couples vaches-veaux sur pâturage en rotation
(6 parcelles) ou pâturage en bandes (128 mini-parcelles).

Malgré une superficie plus petite, les vaches gérées en bandes ont maintenu une production laitière et un taux de conception supérieur aux animaux en
rotation (tableau 2). Ces résultats se sont aussi reflétés sur leurs veaux. En effet, ils ont présenté un GMQ 10 % plus élevé et un poids 75 lb plus élevé à l’âge de 200 jours.      

                                                                                                                                                                                                                                                                                                

                                                            

Supposons maintenant un pâturage de 100 acres (40 ha) et appliquons les résultats de l’étude d’Élora. Le tableau 3 illustre clairement les avantages du pâturage en bandes par un nombre plus élevé de couples vaches-veaux et par une quantité de plus du double de livres de veaux à mettre en marché comparativement à l’autre possibilité.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

Des règles de base à respecter

Quel que soit le système utilisé, des règles de base demeurent essentielles dans la gestion des pâturages pour réussir à toujours offrir un herbage jeune
et appétent : viser une hauteur à l’entrée (idéalement 30 cm) et une hauteur à la sortie des animaux (au moins 10 cm). La hauteur des résidus à la sortie est aussi importante que la hauteur de l’herbe à l’entrée des animaux.

Pour éviter le phénomène de surpaissance, ne jamais laisser les animaux plus de cinq jours dans la même parcelle.

Toujours respecter la période de repos nécessaire (tableau 4) avant un nouveau passage des animaux. La durée varie selon la saison, la chaleur et la quantité de pluie.                               

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Ne pas déplacer les animaux selon un horaire fixe, mais plutôt selon la hauteur des herbages.

Pour éviter le gaspillage, il vaut mieux un taux élevé de charge (beaucoup d’animaux/ha) pendant une courte période, que l’inverse.

Approcher les points de service pour l’eau et le minéral à un maximum de 150 mètres des aires de paissances réelles.

Vos pâturages font définitivement partie de la grande famille des productions végétales. Avec les mêmes superficies, vous pourriez « récolter » un tonnage plus élevé de matière sèche à l’hectare avec une gestion en bandes. En fait, les résultats de la station d’Elora représentent un rendement de quatre tonnes de matière sèche en paissance en rotation, contre six tonnes en régie en bandes, soit 50 % de plus !

Sans nécessairement appliquer la technique du pâturage en bandes sur toutes vos superficies, cette gestion s’applique facilement au moins aux pâturages à
proximité de votre entreprise. C’est le cas de le dire : « La balle (de foin !) est dans votre champ ! »

                                                                                                                    

Le pâturage intensif: ils y croient !

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

« Avec la régie intensive des pâturages, notre saison de paissance approche maintenant 200 jours, soit de la 1re semaine de mai jusqu’au 15 novembre. Au début, la rotation se fait rapidement, car l’herbe pousse vite. On déplace 120 vaches tous les jours sur une superficie d’environ deux acres et nous avons 50 autres vaches sous une gestion de pâturage en rotation. Au total, les animaux font trois rotations par saison. Au mois de novembre, les vaches consomment le regain des parcelles de céréales récoltées plus tôt en saison. On a simplement rebrassé un peu la terre après le passage de la moissonneuse-batteuse » -Mathieu Palerme

« Ça prend 10 minutes pour déplacer les 120 vaches avec leurs veaux. Trois fils électrifiés nous facilitent la tâche, soit un à l’arrière pour bloquer
les animaux et deux en avant, dont un qui est retiré pour laisser le bétail se rendre dans la prochaine bande. »

« Il ne reste que l’abreuvoir et le minéral à déplacer. Les vaches ont au maximum 100 mètres à marcher pour se rendre au point de service. »

« Les refus ne sont jamais fauchés. Au contraire, on recherche un couvert
végétal à la sortie des animaux. Même si on a l’impression de gaspiller, les animaux ne restent jamais plus qu’une journée dans la même bande. »

« Il ne reste que l’abreuvoir et le minéral à déplacer. Les vaches ont au maximum 100 mètres à marcher pour se rendre au point de service. »

« Après avoir connu la sécheresse en 2012, nous nous sommes dotés d’un système d’irrigation (K-Line), provenant de la Nouvelle-Zélande, pour maintenir nos performances au pâturage. »

Propriétaires : Mathieu, Gaston jr., Dianne et Gaston sr
Troupeau : 170 vaches Angus-Simmental et Charolais pur sang
(taureaux de génétique supérieure).